Bibliographie - Baccalauréat professionnel Commerce-Vente

, par Bruno GIRARD

Le monde du commerce et de la vente en littérature et au cinéma

Les heures de co-intervention et de chef-d’oeuvre invitent les professeurs à croiser les regards et les approches pour à la fois fixer en contexte des savoirs, savoir-faire et savoir être professionnels et par dé-contextualisation de conforter et saisir des savoirs, savoir-faire et savoir-être généraux en Français et Lettres.

L’homo est parfois « oeconomicus » ! Si le commerce est bien entré dans les Beaux-arts, les arts graphiques, le cinéma et la musique, il prolifère aussi dans le champ littéraire. En 1763 déjà, dans Lettre historique et politique adressée à un magistrat sur le commerce de la librairie, Diderot s’interrogeait d’abord sur le lien entre le commerce et la littérature et décrivait avec soin, la transformation de la valeur littéraire en valeur mercantile. Ecrite en 1829 et placée plus tard par Balzac en ouverture de La Comédie humaine, La Maison du Chat-qui-pelote brosse le tableau du Paris commerçant, du Marais et de la rue Saint-Denis. Au Bonheur des Dames d’Émile Zola, publié en 1883, entraîne le lecteur dans le monde des grands magasins, l’une des innovations du Second Empire. En 2007, Jean Teulé dépeint, dans Le Magasin des Suicides, l’échoppe de Mishima et Lucrèce Tuvache où l’on vend, depuis dix générations, tous les ingrédients possibles pour se suicider. N’oublions pas de mentionner l’élevage des dragons pour le commerce par Hagrid ou la boutique de Barjow & Beurk dans la saga Harry Potter… Le rapprochement des termes « commerce » et « écritures » fait par ailleurs apparaître une problématique qui propose, dans le domaine des sciences humaines, un objet anthropologique riche de sens et qui intéresse à la fois des spécialistes de la littérature, des arts et de la langue, des sociologues, des historiens, des philosophes, des psychologues et des spécialistes de la rhétorique, de la communication et des techniques commerciales. Voilà sans doute pourquoi il est toujours fécond de croiser les regards sur ce que les oeuvres littéraires disent ou ont pu dire de ces métiers. Le commerce et la littérature font souvent bon ménage, sauf à déclamer comme Marcel Pagnol dans César : « S’il faut dire la vérité à la clientèle, il n’y a plus de commerce possible... »

Bruno GIRARD, IEN Lettres

Bibliographie

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)